dimanche 8 janvier 2017

La gouache noire de Micol colle au Scalp

Scalp
La funèbre chevauchée de John Glanton et de ses compagnons de carnage

Hugues Micol
Janvier 2017
Futuropolis

Hugues Micol a été repéré dès 2000 avec la parution de « Chiquito la muerte », sur scénario de Jean Louis Capron, chez Delcourt. Si l’originalité de son trait était déjà présente dans ses récits en couleur, et ceux suivant, chez divers éditeurs, c’est son arrivée chez Cornelius, en 2008, en noir et blanc et sur son propre scénario, avec « Séquelles », qui m’a personnellement touché. Une qualité de dessin à l’encre de chine et des scénarii déjantés, qui renvoient au meilleur de ce que l’on peut attendre d’une bande dessinée aventureuse, originale et moderne.La gouache est une autre technique de Micol, et s’il l’utilise souvent pour la couleur, c’est au noir et blanc qu’il l’applique sur ce nouveau récit particulièrement détonant.

En se basant sur la vie de John Glanton, Texas Ranger pendant la guerre americano-mexicaine puis mercenaire à la tête d’une bande de tueurs d’Indiens payés au scalp, Hugues Micol livre un récit hallucinant.Si on ne s’attardera pas trop sur l’aspect historique, prégnant, basé sur le récit de Samuel ChamberlainMy Confession Recollections of a Rogue, et qui a semble t’il inspiré Cormac Mc Cathy donc Micol souhaitait adapter le roman « Le méridien de sang », (1985), il est cependant intéressant de noter que les histoires se déroulant à cette époque de la conquête de l’ouest ne sont pas non plus légion. L’album épuisé depuis belle lurette « Comanche moon », de l’américain Jack Jackson (Artefact 1980) ayant sans doute beaucoup à voir avec cet univers, même s’il aborde surtout le Texas du côté indien. On relèvera aussi le passage rapide de Daniel Boone et Davy Crocket en p.27,28,29, traité sur un ton quelque peu cynique, permettant de davantage situer le contexte et la différence entre les « vrais » héros d’alors et l’attitude quasi démoniaque de Glanton.Micol nous entraîne dans un maelstrom de chevauchés dans le désert, et de raids sanguinaires, s'appuyant certes sur un récit historique, mais empruntant les chemins d'un fantastique foutraques, nous laissant au final exangues. Si les apaches de Jean Giraud dans Blueberry nous donnaient le frisson; ils sont ici bien peu de choses face à la folie d'un homme fou et de sa troupe. Le final, (avant l'épilogue), digne de tableaux de Goya, est une apothéose d'énergie brute. 

p.70-71 ©Hugues Micol/futuropolis

A l’heure où le noir et blanc n’est plus vraiment un frein à la consommation de ce média, (cf les belles rééditions grand format de Blueberry chez Dargaud, les superbes albums de Blutch, Frederik Peeters, Apocalypse à Carson city de GriffonMartha Jane Cannary de Mathieu Blanchin chez le même éditeur, ou dans un autre genre le Grangousiers de Gabriel Delmas : Carabas 2005), on ne peut que pointer haut ce superbe album de Hugues Micol, qui, non content de raconter une histoire intéressante et extraordinaire, délivre un album de grande qualité graphique. On a même parfois l’impression de parcourir un carnet de croquis, avec ses essais abstraits (p.70-71; 118).Un beau livre, violent et sauvage, qui ne sacrifie cependant pas l’aspect scénaristique au graphisme. Merci à Hugues Micol et Futuropolis !

p.118-119 ©Hugues Micos/Futuropolis


Voir quelques planches sur le site de l'éditeur : http://www.futuropolis.fr/en-prepublication-scalp-de-hugues-micol

1 commentaire:

Ruby Shopie a dit…

Great post with very useful information to all thanks for sharing with all of us
buy Hdmi cable online | buy VGI cable online

Analyses