lundi 25 février 2013

Castaka et épées de verre chez les Humanos


Les épées de verre t3 (Tigran)
Sylviane Corgiat/Laura Zuccheri
Humanoides associés
Fevrier 2013

On avait aimé les deux premiers tome de cette série de sword fantasy . (Lire : http://nebular-store.blogspot.fr/2011/04/des-epees-et-des-femmes.html)

Dans ce tome 3, nos deux héros Yama et Miklos sont toujours dans la cité de Karelane et se remettent de l'innondation qui a ravagée les bas quartiers.
Leur quête et leur vengeance vont être quelque peu chamboulés par l'apparition d'un troisième personnage bougonneux mais sympathique : Tigran, accompagné par le sorcier Sirian.
Le fils d'Orland continue à manier la chèvre et le choux... et nul ne sait de quel côté il est vraiment.

Cet épisode clé va aussi voir disparaître  deux autres personnages importants de la série, nous laissant dans l'expectative quand à la suite de cette histoire... prévue en 4 tomes.
Une bonne lecture de divertissement, tous publics, agréablement écrite et dessinée, par deux femmes; Ce qui est peu courant, et donne sûrement ce parfum si particulier à la série. 
A suivre donc.

Castaka tome 2 : les jumelles rivales
Jodorowsky/das pastoras
Humanoides associés 
Janvier 2013

6 ans. Six ans que l'on attendait la suite improbable de ce début de sous-série (la Genèse des Métas barons).
Il faut dire que les Humanoides associés étant en confuse situation depuis quelques années, on n'avait pas vu beaucoup de nouveautés récemment et on pouvait sérieusement se demander si ce genre de titre allait un jour sortir des rotatives. Cela semble bouger quelque peut cependant début 2013*

Das pastoras a d'ailleurs déjà fait les frais sur son autre série Les hérésiarques, dont on attend toujours le tome 3 depuis 2007, aussi. (Lire : http://leblogd-hectorvadair.blogspot.fr/2008/03/du-corben-pur-jus-la-sauce-espagnol.html)

On retrouve donc, comme si de rien n'était, : Dayal de castaka, sa femme Antigrea et leurs deux filles Narda et Myrtha, isolés dans leur vaisseau, coincés sur un bloc d'astéroides, après leur fuite de leur planète Ahour.
Tous les 4 ont décidé de se venger de cette fuite obligée, et de devenir des cosmo-pirates.
Le père entraine ses filles durant 11 mois pour en faire des guerrières invincibles, en attendant d'être à cours de provisions. Tous se lanceront, après s'être libérés du rocher avec le peu d'énergie  qu'il leur reste (un athanor d'oxygène), à l'assaut de marchands croisant dans l'espace, afin de faire régner la terreur sur un monde dirigé par les nanos-cardinaux de l'armée nano-papale (...)

Ouf. N'oublions pas le style Jodorowsky, parfois un peu "ampoulé", et toujours basé sur ces appelations ésotériques/cultuelles, mais... ce tome deux bourré d'énergie, et des superbes dessins de Das Pastoras  surprend par sa cohérence et sa qualité.

Celui-ci conclut donc de belle manière cette mini série de l'univers des Métas barons, nous proposant leur génèse, et renvoit de fait vers l'achat des nombreux autres tomes du grand cyle SF. Cqfd.


Depuis quelques années, l'éditeur se "contente" de publier des intégrales sous coffret ou pas de ses séries phares, ou de proposer des éditions de luxe à prix prohibitif pour le lecteur lambda (70 euros, faut les sortir.) Une politique.. hasardeuse et un peu élitiste qui leur appartient néanmoins.

Forest, goupil malicieux, honoré (le roman de Renard)

Le roman de Renard
Forest, cabanes
Humanoides associés, ed luxe
Oct 2012

Il aura certainement échappé à beaucoup (et j'ai moi-même mis le temps pour en parler d'ailleurs), que cette adaptation sublime et érotique du classique fabliaux moyen-âgeux, par Jean Claudes Forest et Denis Cabanes, publiée à l'origine dans la revue (A suivre), puis en album grand format chez Futuropolis dans sa légendaire collection 30/40, est de retour en librairie, depuis Septembre 2012, après ...27 ans d'absence (!!!)

Le format est respecté, avec un cartonnage en prime pour l'occasion, et une couverture différente.

L'occasion, pour tout ceux et celles qui n'ont pas pu se réjouir de cet ovni de bande dessinée, (du grand art, chroniqué il y a quelques temps, dans son édition originale sur 1caseenmoins: http://1caseenmoins.canalblog.com/archives/2008/12/30/11912429.html) de découvrir de magnifiques pages noir et blanc et un récit oh combien savoureux.
Dans la mesure cependant où chacun voudra bien débourser 50 euros, le prix un peu prohibitif d'une édition "de luxe", limitée à 1200 exemplaires, réservée de fait donc aux (vrais) amateurs fortunés.
> Aux bibliothèques de jouer le jeux, afin de rendre la chose lisible !

Voir la fiche sur le site des Humanos 

mercredi 20 février 2013

Une somme animalière (Beasts of burden)

(Une série qui a du chien)

Bêtes de somme (Beasts of burden)
Evan Dorkin/Jill Thompson
Delcourt
Mai 2012

Dommage... dommage que le titre n'ait pas été plus significatif ou accrocheur.. dommage car ce petit pavé de 170 pages, plutôt agréablement présenté vaut vraiment le détour, même s'il date de déjà presque un an.
Il y avait finalement assez longtemps que l'on avait pas lu une histoire animalière (plusieurs pour le coup, puisqu'il s'agit précisemment d'un recueil de 8 mini récits de diverses origines), de cette qualité.

Cette bande de chiens et un chat ont une mission de défense des habitants de Sommers hill, petit patelin des USA, où se déroulent des phénomènes paranormaux. Tout d'abord aidés par le sage berger, un bobtail qui maîtrise les forces occultes, ils vont au fil des épisodes voler de leurs propres ailes après avoir été initiés.

L'origine de Beast of burden remonte à 2003 lorsque que Scott Allie, boss de Dark Horse a sollicité Evan dorkin pour un special "Dark Horse book of hauntings". Une anthologie de fantômes, ce qui permettait à l'auteur plutôt dans l'humour habituellement (voir son blog) de créer un univers original.
La sauce ayant prise auprès du public, d'autres épisodes ont été demandés et créés. 

On retrouve donc dans ce recueil les 4 premiers épisodes :
  1    The Gathering Storm September 2009
  2

Lost

October 2009
3

Something Whiskered This Way Comes

November 2009
4

Grave Happenings

December 2009

plus "Stray, Unfamiliar, Let sleeping dogs lie" et "A dog and his boy", parus respectivement dans les Dark horse book of : Hauntings, Witchcraft, of the dead, et Monsters.


Jill Thompson, connue pour ses travaux dans le domaine du dessin jeunesse et ses participations à diverses séries de comics mainstream ou indépendantes (Wonder woman, Sandman...) applique sa méthode traditionnelle de gouache pour illustrer les histoires très sympathiques et poétiques du scénariste. Le tout résulte en une attache quasi instantanée aux personnages canins et à leur univers.
On "voit" en effet à la hauteur de ces êtres à quatre pattes, qui, bien que peureux parfois, n'hésitent pas à s'associer pour lutter contre des forces qui semblent inattaquables. (A l'inverse  des humains ?)

Comme toute adaptation/traduction, il est un peu frustrant pour les amateurs de ne pas retrouver pleinement les allusions ou jeu de mots typiques de titres originaux (exemple du recueil : "Animal rites" devient : "Mal de chiens"), mais la magie opère cela dit au coeur des récits, grâce à l'atmosphère à la fois moderne des scénarios et le zeste plus '"classique" du dessin, au parfum agréablement suranné, mais dynamique.

Un chef d'oeuvre, en somme !?*

Le blog D'Evan Dorkin : http://evandorkin.livejournal.com/ 

Le site de Jill Thompson : http://www.jillthompsonart.com/   et son blog : http://jillthompson.blogspot.fr/

(*) qui risque d'être adapté au cinéma, puisque l'on apprend ce jour sur le compte Twitter d'Evan Dorkin qu'un teaser est en cours de production.

lundi 18 février 2013

Famille Li-Wang : "la BD m'a tuer !"

Famille Li Wang
The Ligerians/David Mohamed
1 Bd/CD
Z productions/Edition Pag
Sept 2012

La présentation est celle des long box Cd des éditions Nocturne, vous savez : un artiste, sa bio dessinée par un auteur de BD reconnu; et une sélection discographique généralement réussie. 

Ici, ce sont les Ligérians, groupe Jazz "Stéphanois" (avec un nom comme ça, on peut faire ce raccourci), qui nous invite à découvrir son album 13 titres, édité sous une forme originale.
Il est vrai qu'être groupe indépendant rhône-alpin en 2013 (mais c'est vrai pour d'autres régions), n'est pas tous les jours facile, et vendre sa musique.. encore moins.
L'idée de s'associer avec un auteur de bande dessinée local peut donc s'avérer intéressante pour faire découvrir son univers.

Sur 28 pages noir et blanc et rouge, David Mohamed développe une histoire mettant en scène les Ligerians comme hommes à tout faire d'une bande mafieuse chinoise, (Les Li-Wang), dans un style polar violent bien maîtrisé, qui rappellera aux amateurs les ambiances noir de Nestor Burma, par le grand Jacques Tardi. Une grande influence apparemment. Scénario sympathique, on en redemande...

Belle découverte donc que cet artiste qui avait déjà bien fait parler de lui en 2011 avec la parution du "Gang des lyonnais", album publié en édition limitée par le journal Lyon capitale, et paru à l'occasion du film éponyme au cinéma.

De l'autre côté, un CD avec une ambiance Jazz, des textes en français, et une rythmique légèrement "jamaicaine".
La bio du groupe annonce : "The Ligerians s'inscrit dans un style mêlant world-music, jazz, et chanson ; un savant mélange d'ambiances et de sonorités modernes et vintage à la fois. La musique invite à la danse (...)"

J'avoue malheureusement avoir plutôt eu l'envie de m'endormir à l'écoute des quatre premiers morceaux : rythmes lents (trop), jamaique très lointaine, textes assez pauvres... et n'ai pas poussé plus loin. Un album qui n'accroche pas à ce moment là, n'accrochera jamais.
Dommage, car la promesse et le charme de l'emballage étaient bien là.

 Comme quoi, l'originalité n'aura pas servit tout le monde...et David Mohamed s'en sort haut la main, au détriment de ses comparses musiciens.

A voir : le site de David Mohamed : http://www.grizzly-studio.com/drupal/

Analyses